EUCOOKIELAW_BANNER_TITLE

Oct 042018
 

Organization: Research and Technological Exchange Group
Country: Mali, Niger
Closing date: 31 Oct 2018

Contexte : présentation du projet

Fondé en 1976, le Gret est une ONG internationale de développement qui agit du terrain au politique pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. Ses professionnels interviennent sur une palette de thématiques, dans une vingtaine de pays, afin d’apporter des réponses durables et innovantes pour le développement solidaire. Le Gret combine actions de terrain avec des activités d’expertise, de contribution aux politiques publiques et de capitalisation/diffusion de références.

Il gère une dizaine de représentations permanentes en Asie, en Afrique, en Amérique latine. En 2018, il compte 120 salariés en France et expatriés et 620 collaborateurs sur le terrain. Le Gret mène près de 200 actions pour un budget annuel de 31,7 millions d’euros en 2017.

Le Gret, en partenariat avec Hystra, met en œuvre un projet visant à démontrer comment les solutions commerciales peuvent contribuer à réduire durablement la malnutrition au Sahel (Burkina Faso, Niger, Mali), pour une durée initiale de 3 ans et avec un budget de
14,2 millions d’euros sur financement de l’Agence Française pour le Développement (AFD) et la Fondation Bill et Mélinda Gates.

Le projet passera principalement par l’établissement de partenariats étroits avec des entreprises locales de production et/ou distributions de produits alimentaires, pour les inciter à produire et commercialiser (y compris via des dispositifs innovants) des produits fortifiés de qualité à destination des jeunes enfants et des femmes en âge de procréer, de manière rentable et réplicable à grande échelle. Ce projet s’organise autour de 3 résultats attendus :

1) Une offre de produits à forte valeur nutritionnelle, adaptée aux jeunes enfants et aux femmes en âge d’avoir des enfants, et abordable, est définie.

Pour cela, des études de contexte seront mises en œuvre, des entreprises de production et de distribution locales seront identifiées en tant que partenaires, des produits seront développés, ainsi que les grandes lignes des stratégies commerciales et des plans d’affaires.

2) Ces produits sont consommés régulièrement à travers des mécanismes de marché pérennes à grande échelle et réplicables, dans un environnement favorable.

Les capacités internes des entreprises seront renforcées au niveau de la production, du contrôle qualité, de la gestion, de la distribution et du marketing. Des approches commerciales pilotes seront définies, testées et déployées. Des partenariats stratégiques avec des entreprises locales alimentaires et de distribution seront ainsi établis pour développer des stratégies commerciales innovantes et réplicables à grandes échelles autour de l’offre de produits. L’état sera appuyé dans la mise en œuvre de stratégies de sensibilisation à l’équilibre alimentaire et la consommation de produits à haute valeur nutritionnelle, ainsi que dans le contrôle et la certification des entreprises et la promotion d’un label qualité.

3) Les parties prenantes nationales et internationales comprennent et reconnaissent la contribution d’une approche commerciale à la prévention de la malnutrition.

Un dispositif de suivi-évaluation rigoureux sera mis en place, permettant de mesurer la pertinence et les effets du projet sur l’alimentation/la santé/les soins des populations cibles. Les premiers résultats seront capitalisés et mis en débat principalement au niveau sous-régional dans les sphères publiques et privées pour renforcer la compréhension des parties prenantes sur le rôle du secteur privé dans la prévention de la malnutrition.

Le consortium chargé de la réalisation de ce projet se compose de sept structures variées et complémentaires : le Gret (chef de file), Hystra (partenaire principal) et l’Institut de recherche pour le développement (IRD) (en charge de l’évaluation), avec pour ces trois structures des ressources humaines présentes sur le terrain ; ainsi qu’**ICI**, IRAM , ThinkPlace, et Ogilvy Change en expertise.

L’équipe intégrée Gret-Hystra-IRD se compose d’un directeur de projet, d’un codirecteur de projet (à temps partiel), d’un assistant technique multi-pays (à temps partiel), d’un responsable évaluation, d’un chargé de gestion, d’un responsable des opérations commerciales, tous basés à Ouagadougou et intervenant sur les trois pays, et de 3 chefs de projet pays (portés par le Gret et Hystra) et de leur adjoint, ainsi que de RH supports, basés à Ouagadougou, Niamey et Bamako. Cette équipe Sahel sera appuyée par des experts du consortium et intégrée au sein des équipes existantes du Gret au Burkina Faso, Niger et Mali.

Descriptif du poste, fonctions et responsabilités

Dans le cadre de ce projet, le Gret est à la recherche de 2 chefs de projet pays, en poste permanent pour la majorité des 3 années du projet (2019-2021) au Niger (Niamey) et à Bamako (Mali).

Chaque chef de projet rapportera à la direction du projet (basée à Ouagadougou), et aura la responsabilité d’une petite équipe dans son pays d’implantation, dont un chef de projet adjoint avec qui il travaillera en binôme. Il travaillera également en étroite collaboration avec le responsable des opérations commerciales (basé également à Ouagadougou) et les équipes support des trois pays, et mobilisera les experts du consortium (nutrition, commercial, production, communication, comportemental, human-centered design, etc.) selon les besoins du projet. Les chefs de projet seront sous la responsabilité hiérarchique du représentant du Gret dans le pays et sous la responsabilité fonctionnelle de la direction du projet.

Ses missions seront les suivantes :

  • Assurer la gestion du projet dans son pays d’implantation, et notamment :

  • La responsabilité de la mise en œuvre des activités du projet : planification, coordination, suivi et contrôle de la mise en œuvre.

  • Le suivi de la gestion du projet en conformité avec le cadre logique : gestion technique et financière concernant les activités du projet, et gestion des moyens humains et matériels mis à disposition dans le cadre du projet.

  • La gestion de dépenses engagées sur le projet en respect des procédures Gret et des bailleurs.

  • Le pilotage, l’animation et l’encadrement de l’équipe projet dans son pays.

  • Contribuer à l’élaboration de la stratégie du projet et la mettre en œuvre dans le pays d’implantation

  • Aider à l’identification des entreprises partenaires.

  • Définir et mettre en œuvre les stratégies d’appui aux entreprises partenaires.

  • Contribuer à l’élaboration de la stratégie commerciale opérationnelle du programme, en aidant à définir :

o Les stratégies d’engagement et négociation avec les entreprises partenaires.

o Les propositions de valeur, les stratégies marketing et de distribution pour chaque entreprise et chaque pays, en étroite collaboration avec les équipes de ces entreprises et les partenaires du consortium.

o Les objectifs commerciaux des entreprises partenaires du programme, et notamment les jalons conditionnant les différentes phases d’appui du programme.

  • Définir la stratégie de sensibilisation à l’équilibre alimentaire et la consommation de produits à haute valeur nutritionnelle, selon les besoins du pays.

  • Appuyer la réflexion et définir les actions à mener sur la certification des entreprises et la promotion d’un label qualité.

  • S’assurer de la cohérence et de la complémentarité de la stratégie du projet avec les autres actions du Gret et d’autres acteurs de la nutrition, ainsi que de l’adéquation avec les politiques nationales et le contexte local.

  • Organiser la mise en œuvre des actions.

  • Contrôler la progression et les résultats des entreprises partenaires et des partenaires du projet et renforcer leur engagement si nécessaire.

  • Appuyer la mise en œuvre des actions de suivi et d’évaluation avec les partenaires.

  • Rendre compte des résultats opérationnels pays à travers :

  • La rédaction de rapports techniques d’activités contractuels au niveau pays.

  • Des interventions au sein du Comité de Direction.

  • Des présentations lors des points d’avancement avec le comité de pilotage réunissant les bailleurs.

  • Représenter le projet dans le pays, notamment auprès des politiques et autres acteurs locaux du domaine de la nutrition, du développement, de la recherche, des affaires.

Profil et qualifications

Nous recherchons des personnes réunissant les caractéristiques suivantes :

  • Au moins 3 ans d’expérience dans les pays en développement en tant que chef de projet dans le domaine du développement (prioritairement en nutrition et/ou appui aux entreprises).
  • Et/ou au moins 2 ans d’expérience dans la direction marketing ou commerciale d’une entreprise de biens de grande consommation (FMCGs).
  • Expérience appréciée dans le domaine de l’alimentation/nutrition/santé publique.
  • Un intérêt pour les problématiques du développement et les questions sociales.
  • De préférence un diplôme en lien avec la gestion d’entreprise / management / commerce ou posséder une expérience significative.
  • Bonne maîtrise de l’anglais.

Les chefs de projet devront faire preuve de fortes capacités d’organisation, de rigueur et d’autonomie dans leur travail. Ils devront être motivés par l’idée de travailler au sein d’une petite équipe dynamique et savoir composer avec différentes cultures organisationnelles.

How to apply:

Conditions du poste et date de démarrage

Prise de poste en janvier 2018 à Bamako ou à Niamey pour CDD de 24 mois à temps plein, sous contrat expatrié Gret.

Contact

Merci d’envoyer votre CV et lettre de motivation avant le 31 octobre 2018 à thonier@gret.org, en précisant le(s) pays souhaité(s), avec pour objet « Chef de projet Nutrition Sahel – pays souhaité(s) (Mali et/ou Niger) ».

Les candidatures seront traitées au fur et à mesure.

Merci de ne pas téléphoner.

Pour en savoir plus sur le Gret : www.gret.org , www.nutridev.org .

cliquez ici pour les détails et appliquer

OFFRES SIMILAIRES (NOUVEAU)

ENTRETIEN D'EMBAUCHE
Questions Typiques
“What are your salary requirements?” “What employers are really asking is, ‘Do you have realistic expectations when it comes to salary? Are we on the same page or are you going to want way more than we can give? Are you flexible on this point or is your expectation set in stone?’” Sutton Fell says. Try to avoid answering this question in the first interview because you may shortchange yourself by doing so, Teach says. Tell the hiring manager that if you are seriously being considered, you could give them a salary range–but if possible, let them make the first offer. Study websites like Salary.com and Glassdoor.com to get an idea of what the position should pay. “Don’t necessarily accept their first offer,” he adds. “There may be room to negotiate.” When it is time to give a number, be sure to take your experience and education levels into consideration, Sutton Fell says. “Also, your geographic region, since salary varies by location.” Speak in ranges when giving figures, and mention that you are flexible in this area and that you’re open to benefits, as well. “Be brief and to the point, and be comfortable with the silence that may come after.”
Questions à poser
What skills and experiences would make an ideal candidate? This is a great open-ended question that will have the interviewer put his or her cards on the table and state exactly what the employer is looking for. If the interviewer mentions something you didn’t cover yet, now is your chance.